Christian Noirard

Docteur en Ecologie, il intervient dans les problématiques de conservation et de gestion de la grande faune africaine. Spécialiste Ouest africain de l’hippopotame (IUCN/SSC Hippo), il a travaillé dans le cadre de l’assistance technique de nombreux projets au Niger où il conduit ses travaux depuis 10 ans. Guide de safari et enseignant de Développement Durable à l’Université Lyon 1, Christian a décidé de s’investir vers des programmes de conservation, alliant protection de la Nature et développement.

La présence de la Réserve Transfrontalière de Biosphère du « W » pose d’importants problèmes de cohabitation entre les populations villageoises périphériques et la mégafaune sauvage qui diffuse au-delà des limites de l’aire protégée. Dans cette relation conflictuelle, le lion en occupe une place particulière. Dans la zone tampon de Tamou où la population coexiste étroitement et quotidiennement avec le lion, la prédation sur le bétail domestique représente une perte de 4% du cheptel bovin chaque année (soit en moyenne 10 vaches par village et par an). Les attaques de lion sur les troupeaux représentent donc un problème significatif pour les populations rurales pour lesquelles les animaux domestiques représentent souvent la seule richesse. Le programme entend créer un fond de compensation pour les éleveurs alimenté par le développement d’une activité écotouristique autour du lion (vision et culture). Il s’agit également de développer le savoir scientifique encore très faible en Afrique de l’Ouest sur cette espèce en danger et dont les effectifs au Niger ne dépassent pas 70 individus.